La Chaire LexUM met en ligne son nouveau site internet avec ForceRouge

This content is not available in the selected language.

Nous sommes heureux d’annoncer la mise en ligne de chairelexum.ca, le nouveau site de la Chaire LexUM en information juridique de la Faculté de droit de l’Université de Montréal

Suite à la nomination du Professeur Karim Benyekhlef comme nouveau titulaire de la Chaire en information juridique, cette dernière a non seulement changé de nom pour devenir la Chaire LexUM en information juridique, mais a également eu droit à une refonte complète de son site internet et a décidé d’utiliser ForceRouge comme nouvelle plateforme pour le propulsé.

 

À propos de la Chaire LexUM

La Chaire LexUM favorise l’information juridique, l’accès à la justice ainsi que la recherche en informatique juridique.  La Chaire promet ainsi de contribuer à l’épanouissement de nos valeurs et traditions juridiques. Les résultats cherchés ont trait à la démocratisation de l’accès à l’information juridique, voire de l’accès à la justice elle-même. Pour cela, la Chaire poursuit et étend les collaborations établies par le laboratoire Lexum en informatique juridique et par le Laboratoire de cyberjustice avec les principaux intervenants du monde juridique, qu’ils proviennent des milieux gouvernementaux, industriels ou professionnels. La Chaire s’intéresse aux enjeux sociaux et juridiques des développements en informatique juridique. Finalement, la Chaire offre une plate-forme propice au développement continu d’activités de transfert d’expertise et de rayonnement au plan international.

Basées sur l’expertise développée par les Professeurs Poulin et Benyekhlef, au milieu des années 90, en matière respectivement d’accès numérique au droit et de règlement en ligne des conflits reliés au commerce électronique, les travaux de recherche de la Chaire LexUM et du Laboratoire de cyberjustice, servent actuellement de référence dans le domaine de la réforme de la justice et en particulier de l’e-Justice. Les promesses portées par la démocratisation de l’usage des technologies de l’information afin de réduire la distance qui sépare encore la majorité des justiciables d’un accès effectif à la justice – véritable ADN de ces projets de recherche – constituent une opportunité et une préoccupation majeures des justices d’ici et d’ailleurs.